Archives pour la catégorie Storybro

Bike trip Arthur Orléans Nantes

Contexte :
Une rupture
Une semaine de vacances à Lisbonne annulée
Deux jours de congés posés
Allez voir mes deux mamies au bord de la mer

Le brief :
306km de Beaugency à Nantes
2 jours de roulage

Acte 0 :
Mercredi, quoi de mieux qu’une mini chistole non improvisée pour se mettre en jambe ? 8 bières et 2 shots de Ricard plus tard je rentre chez moi après un détour chez le pigeon pour récupérer une sacoche Alpkit qui ne servira finalement pas. Couché un peu bourré.

Acte 1 : Paris -> Orléans 130km
https://www.strava.com/activities/396900021

Ca redémarre. Levé bourré. Le corail me fait tellement mal à la gueule. J’arrive à Orléans, le train pour Beaugency est dans 42 minutes. Pas le temps d’niaiser, on se rajoute 35 km.

La sortie d’Orléans est un peu chiante, à l’heure de l’embauche je m’éclipse vite de ce petit merdier pour trouver à ma plus grande joie les bords de Loire.

Le ciel est menaçant mais ne craquera qu’au kilomètre 40. Après un jambon beurre avalé à 9h, je me fais saucer la gueule sur la départementale assez sale qui relie Blois.

Je rattrape des chemins, bien plus plaisants à rouler même s’ils font chuter la moyenne. Je m’en cogne, je suis pas là pour faire du chiffre.

Je tombe sur un couple de retraités qui s’amusent avec leur drone. On discute, ils viennent de Montpellier et on a un ami en commun, on rigole, le type prend mon mail pour m’envoyer quelques clichés du drone. C’est cool le vélo et le kayak rapprochent les gens.

Je file pour manger sur Blois. Là je ramasse la grêle et les rafales. Je me laisse tenter par un succulent petit salé aux haricots blancs, une pinte et un café.


La fin de la journée est baignée de soleil mais venteuse. Rallier Amboise va être long et avec pas mal de souffrance. Je quitte la Loire à Vélo qui fait des méandres sans queue ni tête pour les belles départementales tourangelles.


Je trouve mon pédalage mou. Ma chaine divague. Je m’arrête à Amboise pour tcheker ça et c’est la manivelle gauche qui s’est dévissée. Je trouve un papi dans le bourg qui me dépanne une clé allen. J’en profite pour niaiser un peu avant de rallier Tours.

30km plus tard je suis à Tours. Le vent n’a pas molli et je décide de finir en train pour ne pas me cramer pour le lendemain. 25km/h de moyenne, plutôt surpris avec ces conditions météo.
Un bon repas chez les parents et demain sera un nouveau jour. Avec la crainte du sale temps !

___________________________________

Acte 2 : Chinon -> Nantes 170km
https://www.strava.com/activities/396900048

Une nouvelle journée qui commence, baignée de soleil.

Un bonheur de prendre la route. Direction Saumur, les 28 premiers kilomètres sont avalés en 1 heure. C’est tellement plaisant de pouvoir rouler sous ce soleil et sans vent.



Jusqu’à Angers. 50% de la route est faite. Je me décide à suivre la Loire à Vélo. Problème, c’est sur la levée et là il n’y a rien pour se protéger des rafales, au bout de 3 kilomètres je peine à dépasser les 15km/h. Ca souffle beaucoup trop et à ce rythme là je vais m’épuiser inutilement. Je me résous à continuer au sud de la Loire, protéger tant bien que mal par les arbres. Idée vite oubliée quand je reprend la départementale avec ces nombreuses patates qui couplés au vent devient pénible. Dés que la pluie sans mêle et que les poids lourds ont fini leur andouillette frites, la partie devient vite pénible.



J’arrive tant bien que mal vers Anceny, à 45 kilomètres de Nantes. Trempé je me fait sécher par le soleil qui m’accompagnera jusqu’à Nantes.

Les 40 derniers kilomètres se font dans du gravel bien gras, détrempé par les pluies de la semaine. A certains passages le bas du grand plateau est dans l’eau.

Mes chaussures sont des bassines et l’Apidura de pipi a des allures de cuvettes de toilettes post gastro. Le vélo aussi …

Nantes se rapproche et avec elle une bonne fringale qui vient me faire coucou. Les étoiles dans les yeux, impossible des dépasser les 10km/h, je suis vidé. Un arrêt sur le bas coté, 3 barres avalés et de la musique dans les oreilles me redonneront la pêche pour finir.

170km au compteur avec une moyenne à 25. J’ai bien rattrapé le retard sur la fin dans le gravel. Ca a vraiment été dur de lutter et de forcer contre le vent, de ne pas craquer. Dans l’idée je voulais rejoindre Saint Brévin à vélo (+55km) mais ça n’aurait pas été une bonne idée.

C’est étrange comme sensation, j’ai eu envie de jeter le vélo dans le fossé plus d’une fois alors que j’ai déjà fait ces distances maintes fois, avec plus de dénivelé, plus chargé mais jamais avec autant de vent.

Je m’en souviendrais. Mais je me souviendrais surtout de ce sentiment d’accomplissement une fois l’arrivée franchie, même si virtuelle.

Je prends le train pour Saint Nazaire. De là j’ai rejoint Saint-Brévin par le pont de Saint-Nazaire. Bonne frayeur en descendant le dernier kilomètre et demi avec des rafales qui emmènent le vélo à droite, à gauche, sans rien pouvoir faire. Assez flippant.


C’est pas la #TCR mais c’est du vélo, c’est 310km en 2 jours par temps de merde, seul et c’est tellement bon ! Partez, roulez, évadez-vous, parce que dehors c’est gratuit