Archives pour la catégorie ride

PILS BIKES TOURISM

12107737_10154356674963989_6893213244927392300_n

BIERE : boisson alcoolisée obtenue par fermentation de matières glucidiques végétales et d’eau principalement dégustée par les cyclistes du dimanche.

Les visionnaires du PILS BIKES TOURISM nous ont trimbalés au marché du goût de la ferme de Grignon dans le 78. Après un chaleureux accueil café*tourte aux myrtilles chez Cycle Tosi, nouveau bike shop vers Place de Clichy, la joyeuse équipe a pu niaiser le long des bords de Seine entre Joggeurs et Joggeurs. Etant gratuitement dehors, le but ultime de ce dimanche n’était pas la performance sportive mais d’atteindre les plaines de Versailles pour y décapsuler de la Distrikt Beer.
Un bon dimanche du Pils Bikes Tourism pour ce DISTRIKT BIER TOUR. Merci le PBT. Chistole !

11223953_10154356675618989_3869767466801159979_n
12240013_10154356675548989_4222160937960325544_n
11217667_10154356675933989_4264660598018961857_n
12295350_10154356675818989_7889139368990735836_n
12241297_10154356676023989_6079716354829175390_n
12241598_10154356675893989_6340015512638110702_n
12241709_10154356675703989_7221799874617118578_n
12243448_10154356675423989_1373368790956675510_n
12249616_10154356675273989_1874398139486059200_n
12295439_10154356676123989_724810024672722912_n
12289747_10154356675188989_6560231339959995591_n
12274633_10154356674743989_6486154661119246479_n
12294837_10154356674868989_8906700370177053227_n
12243008_10154356674393989_8594632874701937656_n
12243117_10154356674083989_2023846797901943183_n
12240092_10154356673963989_1697272901594774309_n

REPORT VOSGISME X PCR












8 (huit) est l’entier naturel suivant 7 et précédant 9.
C’est une puissance de deux 23, ou 2 élevé au cube, c’est aussi le troisième nombre puissant.
8 est un nombre pyramidal heptagonal.
8, c’est le nombre de copains ayant pris la route vers le 88 vendredi dernier, pour 2 jours de bonheur infini ( 8 couché ) , 8 cols au programme, un film en 8mm qui se visible quand la pellicule reviendra du labo en allemagne…
au total 8×8 pintes
8 tournées de ricard
8 menus touristique à base de croustillant de pied de porc
8 cols en 2 jours / 170km :
Col du Schlucht
Col du Firstplan
Col du Bannstein
Col de la grosse pierre
Col du Croix des Moinats
Col du haut de la côte
Col du ballon d’alsace
Col du ballon de ricard

Nous avions testé les Vosges l’année dernière en CX avec deux belles journées dans la campagne autour de La Bresse, et il nous tardais d’y retourner.
Le CX c’est super, mais nous avions envie de voir un peu de paysage, et de faire un dernier col un peu costaud avant la trêve hivernale ou les cols ne se montent plus qu’en ski de fond…
Une soirée, douze litre de bière, et 3 plans sur la comète plus tard, nous montons une team de huit pour deux jours dans les Vosges, mais en route cette fois ci !
Rendez-vous est pris pour le week end de la toussaint.
Départ Vendredi soir en plein happy hour, 2 autos chargées de vélos de dentistes fendent la brise jusque Gerardmer.
450 bornes, une nappe de brouillard et une biche morte plus tard, nous voilà au prestigieux hôtel des marmottes, deux étoiles au compteur.
Les deux voitures laissent place à deux chambres prestiges, on tire à la courte paille pour savoir qui aura le privilège de dormir avec Petrus.
Les roux dans une chambre, le reste du groupe dans l’autre.
Courte nuit de sommeil pour un réveil aux aurores, on annonce un temps magnifique aujourd’hui.
Notre hôte nous prépare un petit déjeuner de champion, et nous enfourchons nos montures à l’assaut des Vosges, terrain de jeu encore inconnu en route.
Julien ayant encore des reste de lidocaïne dans le genoux, il nous suivra en voiture, ce qui s’avérera bien pratique tout au long de la journée pour avoir de bien belles photos et pour se changer 27 fois dans l’aprem en fonction de la température…
On ne va pas vous faire un descriptif détaillé de tous les cols, car on reste, il faut l’avouer, sur de la montée de type sérieuse mais abordable.
La chose qui nous a vraiment marqué ici , c’est que c’est vraiment un coin MAGNIFIQUE. les couleurs de l’automne, la qualité des routes, la douceur des montées et la vitesse des descentes. Des vrais sensations de montagnes, sans se niquer les genoux.
Mention spéciale tout de même pour le fameux Ballon des Vosges. Point culminant du massif, à + de 1300m, col hors catégorie tout de même, avec une vue littéralement hallucinante sur les Alpes, à plus de 170km. On avait l’impression de rouler dans une photo instagram du Radavist tellement c’était beau. Rouler au dessus des nuages au soleil couchant est vraiment une expérience particulièrement jouissive.
Une première journée de 130 km tout de même, avec près de 3000m de D+.
Pour certains, c’est la première vraie sortie en montagne.
Pour tous, c’est une putain de journée prestige de type liquid sun.
On rentre à la base quelques minutes après le coucher du soleil, dans un crépuscule assez hallucinant : descente à 70km/h sur une route déserte jusque Gérardmer avec pile la visibilité qu’il faut pour que ça reste agréable.
Arrivée à l’hôtel, ricard pour tout le monde, tournée de Picon, puis Ricard, puis picon, puis resto local , puis menu touristique à base de coq au riesling / croustillant de pied de porc / 4 litre de vin / Munster, puis sortie dans un bar autochtone, graffiti dans les chiottes, barman qui tombe un plateau de bière avec son masque d’Halloween, effondrement à minuit.
UNE BIEN BELLE JOURNÉE…

J2
reveil 7h
mal de tête
mal au cul
petit déj en retard.
La map initialement prévue fait 90 bornes, mais nous choisissons de privilégier le plaisir du savisme au sadisme. On descend la map à 45 avec un finish sur le lac de Gérardmer.
Excellente idée. Tout le monde roule / pas d’assistance / pas de photographes
Une map bien roulante, des cols doux comme des agneaux qui chauffent tout de même bien les couisses, des beaux relais à 45 sur le plat, un stop au PMU pour une tournée de demi et 4 rapido , et une arrivée prestige au bord du magnifique lac de Gerardmer.
Le temps d’avaler un américain steak et nous voilà sur le parking de l’hôtel cul nu à enlever nos bib, pour remonter en voiture simone vers la capitale, pleins de souvenirs dans les yeux, avec une grosse envie de revenir rouler dans cette bien belle région que sont les Vosges.

TEAM PCRxVOSGES TEAM VOSGISME / SAVISME / MERINOS / GRAVIER

Antoine AKA « Eul chief »
Julien AKA « Eul manager »
Pierre AKA « goreTexMex »
Alexis AKA « CoachAldo »
Jonathan AKA « oktonibali »
Côme AKA « Jahmerine »
Julien AKA « ChevreuilDansLaBrume »
Renaud AKA « Ultra8 »

Photos Julien & OkotoberOne

12194988_10153242177128997_1367042981218875235_o 12194994_10204714964625329_4126212124515116136_o 12195056_10153242184358997_5826200790561169021_o 12195124_10204714971705506_2537211541082005429_o 887461_10204714976825634_4026564091941771236_o 906024_10204714975065590_2361676809073631786_o 10469544_10153242183998997_4649610804555925005_o 10862449_10153242184618997_187073310445538852_o 11056575_10153242176703997_364966514655027011_o 11062028_10153242186018997_904397587913477309_o 11064840_10153242185133997_1810649358450188988_o 11250019_10204714981905761_6871726562283120827_o 12045591_10204714966985388_4308840177768529224_o 12045592_10153242182468997_5929360982725457350_o 12182711_10204714983665805_3334167209899670824_o 12182730_10204714967865410_1971178210994277718_o 12183009_10204714984385823_6307779032653735615_o 12183815_10204714986065865_4520809333709083430_o 12183855_10204714978665680_8306513546661526333_o 12184265_10204714969385448_1226678355183549857_o 12184267_10204714967705406_5712772448895462114_o 12185030_10204714973625554_8478557861670839827_o 12185070_10204714965985363_8384138636806454910_o 12185113_10204714979265695_7470341518417146479_o 12185215_10204714971465500_1187441230626473112_o 12185239_10153242187968997_5995415005768601143_o 12185382_10153242176563997_7829925382294727012_o 12185392_10153242185583997_7787468182441762455_o 12186256_10204714985905861_5202842093281207011_o 12186460_10153242183583997_6427685526216094030_o 12186819_10153242174938997_4070261337069620889_o 12187959_10153242185958997_6777768444365261480_o 12188016_10204714977745657_2348669729834217401_o 12188155_10204714970865485_5260728162115965507_o 12188166_10204714969905461_749212251178822598_o 12189321_10204714982145767_2752252285407114784_o 12189369_10204714978185668_5625455139730107558_o 12189377_10153242173748997_8925843057145873415_o 12191100_10153242179503997_1225871763509768365_o 12191118_10204714964105316_6927108443730197716_o 12191121_10204714975345597_3785889088141353946_o 12191236_10204714962985288_9162248807989069388_o 12191269_10204714976385623_6845272076397520391_o 12194597_10204714972665530_1137013507156699424_o 12194607_10204714981945762_7977791946439246160_o 12194622_10153242179723997_5369825133411819356_o 12194784_10204714973425549_2473116348047560257_o 12194977_10153242178948997_6424901488002488803_o

PCR X TRIANGLE X CRIT PARIS









Aujourd’hui Jonathan AKA OktoberOne et Louis AKA Junior ont participé au 1er Crit amateur dans Paris, organisé dans le cadre du Paris Vélo Festival. C’était top !
Plus de 1200 au départ ils ont fini tous les deux bien placé après être partis plus de 600ème. Tim Ceresa gagne haut la main son 1er crit en route. OtkoberOne se place 35ème et Louis se met soin à la 19ème place ! Bravo les gars!

Les résultats ici

Bike trip Arthur Orléans Nantes

Contexte :
Une rupture
Une semaine de vacances à Lisbonne annulée
Deux jours de congés posés
Allez voir mes deux mamies au bord de la mer

Le brief :
306km de Beaugency à Nantes
2 jours de roulage

Acte 0 :
Mercredi, quoi de mieux qu’une mini chistole non improvisée pour se mettre en jambe ? 8 bières et 2 shots de Ricard plus tard je rentre chez moi après un détour chez le pigeon pour récupérer une sacoche Alpkit qui ne servira finalement pas. Couché un peu bourré.

Acte 1 : Paris -> Orléans 130km
https://www.strava.com/activities/396900021

Ca redémarre. Levé bourré. Le corail me fait tellement mal à la gueule. J’arrive à Orléans, le train pour Beaugency est dans 42 minutes. Pas le temps d’niaiser, on se rajoute 35 km.

La sortie d’Orléans est un peu chiante, à l’heure de l’embauche je m’éclipse vite de ce petit merdier pour trouver à ma plus grande joie les bords de Loire.

Le ciel est menaçant mais ne craquera qu’au kilomètre 40. Après un jambon beurre avalé à 9h, je me fais saucer la gueule sur la départementale assez sale qui relie Blois.

Je rattrape des chemins, bien plus plaisants à rouler même s’ils font chuter la moyenne. Je m’en cogne, je suis pas là pour faire du chiffre.

Je tombe sur un couple de retraités qui s’amusent avec leur drone. On discute, ils viennent de Montpellier et on a un ami en commun, on rigole, le type prend mon mail pour m’envoyer quelques clichés du drone. C’est cool le vélo et le kayak rapprochent les gens.

Je file pour manger sur Blois. Là je ramasse la grêle et les rafales. Je me laisse tenter par un succulent petit salé aux haricots blancs, une pinte et un café.


La fin de la journée est baignée de soleil mais venteuse. Rallier Amboise va être long et avec pas mal de souffrance. Je quitte la Loire à Vélo qui fait des méandres sans queue ni tête pour les belles départementales tourangelles.


Je trouve mon pédalage mou. Ma chaine divague. Je m’arrête à Amboise pour tcheker ça et c’est la manivelle gauche qui s’est dévissée. Je trouve un papi dans le bourg qui me dépanne une clé allen. J’en profite pour niaiser un peu avant de rallier Tours.

30km plus tard je suis à Tours. Le vent n’a pas molli et je décide de finir en train pour ne pas me cramer pour le lendemain. 25km/h de moyenne, plutôt surpris avec ces conditions météo.
Un bon repas chez les parents et demain sera un nouveau jour. Avec la crainte du sale temps !

___________________________________

Acte 2 : Chinon -> Nantes 170km
https://www.strava.com/activities/396900048

Une nouvelle journée qui commence, baignée de soleil.

Un bonheur de prendre la route. Direction Saumur, les 28 premiers kilomètres sont avalés en 1 heure. C’est tellement plaisant de pouvoir rouler sous ce soleil et sans vent.



Jusqu’à Angers. 50% de la route est faite. Je me décide à suivre la Loire à Vélo. Problème, c’est sur la levée et là il n’y a rien pour se protéger des rafales, au bout de 3 kilomètres je peine à dépasser les 15km/h. Ca souffle beaucoup trop et à ce rythme là je vais m’épuiser inutilement. Je me résous à continuer au sud de la Loire, protéger tant bien que mal par les arbres. Idée vite oubliée quand je reprend la départementale avec ces nombreuses patates qui couplés au vent devient pénible. Dés que la pluie sans mêle et que les poids lourds ont fini leur andouillette frites, la partie devient vite pénible.



J’arrive tant bien que mal vers Anceny, à 45 kilomètres de Nantes. Trempé je me fait sécher par le soleil qui m’accompagnera jusqu’à Nantes.

Les 40 derniers kilomètres se font dans du gravel bien gras, détrempé par les pluies de la semaine. A certains passages le bas du grand plateau est dans l’eau.

Mes chaussures sont des bassines et l’Apidura de pipi a des allures de cuvettes de toilettes post gastro. Le vélo aussi …

Nantes se rapproche et avec elle une bonne fringale qui vient me faire coucou. Les étoiles dans les yeux, impossible des dépasser les 10km/h, je suis vidé. Un arrêt sur le bas coté, 3 barres avalés et de la musique dans les oreilles me redonneront la pêche pour finir.

170km au compteur avec une moyenne à 25. J’ai bien rattrapé le retard sur la fin dans le gravel. Ca a vraiment été dur de lutter et de forcer contre le vent, de ne pas craquer. Dans l’idée je voulais rejoindre Saint Brévin à vélo (+55km) mais ça n’aurait pas été une bonne idée.

C’est étrange comme sensation, j’ai eu envie de jeter le vélo dans le fossé plus d’une fois alors que j’ai déjà fait ces distances maintes fois, avec plus de dénivelé, plus chargé mais jamais avec autant de vent.

Je m’en souviendrais. Mais je me souviendrais surtout de ce sentiment d’accomplissement une fois l’arrivée franchie, même si virtuelle.

Je prends le train pour Saint Nazaire. De là j’ai rejoint Saint-Brévin par le pont de Saint-Nazaire. Bonne frayeur en descendant le dernier kilomètre et demi avec des rafales qui emmènent le vélo à droite, à gauche, sans rien pouvoir faire. Assez flippant.


C’est pas la #TCR mais c’est du vélo, c’est 310km en 2 jours par temps de merde, seul et c’est tellement bon ! Partez, roulez, évadez-vous, parce que dehors c’est gratuit