Brodyssée Ardéchoise

Du Brésil à Marseille. Bromance en itinérance.

Après 8 mois au Brésil, il est temps de se reconnecter avec la France, la famille et les bros du PCR pour 1 mois de vacances.

Février 2018 :
Arthur : “Esh copain, je pense rentrer fin juin en France pour 1 mois, ça te dit de prendre quelques jours pour aller shredder, de type à l’ancienne ?”
Hugues : “Certainement !!! Sans doute! On va où ?”
Arthur : “J’aimerai traverser l’Ardèche par les chemins, ça a l’air sauvage et bien porn.”
Hugues : “Vendu !”

Après quelques clics sur Google Maps nous partons sur une Grande Traversée de l’Ardèche (GTA) en plat principal, un Mont-Ventoux par le chemin des graviers blancs en dessert et en guise de p’tit digeo une descente du Lubéron direction Marseille.

Soit à peu près 650km, saveurs multiples. Du 25 juin au 2 juillet.

Comme à notre habitude nous partons en totale autonomie. Le seul impératif est d’arriver le 28 près d’Avignon, là où les bros Julien, Renaud et Simon vont nous rejoindre pour une bromance augmentée.

Lyon, 15h, après une pizza et une pinte, il est temps de serrer les sacoches et de se mettre en route. Nous suivons la ViaRhôna (poke Come Loisir Mérino #JahLove) sur 70km pour rejoindre Annonay, départ officiel de la GTA.

Vite nous quittons le bitume et la platitude de la vélo route pour tâter du premier gravier. La lumière de fin de journée est de type 10/10.

day0_1

Nous disposons de 3 jours pour casser cette belle traversée. Ce sera 285 km de chemins, de GR, de D+, de petites routes, de chaleur et de douceurs visuelles. On a immortalisé ça du mieux que l’on a pu. Entre iPhone, drone et argentiques, Olympus Mju II et BigMini.

Enjoy

DCIM102GOPROGOPR3211.JPG

L’Ardèche tient ses promesses.
Nous passons le plus clair de notre temps dans des single praticables à 95%. Ça monte, ça descend, le sourire est accroché aux lèvres et on est content d’être heureux.

day1_6

La partie nord de la traversée nous offre un biotope très varié. Cailloux, terre meuble, chemin de graviers dentiste.

day1_1

duo

Les premiers monts Ardéchois pointent le bout de leur nez, on y est, la Montagne Ardéchoise. Elle n’a pas volé son nom !

day2_9

day2_14

Premier lac. Première baignade. Première douche.

day1_4

Arrivés au Mont MézencMother Nature nous récompense d’un moment de qualité placé sous une golden hour appréciable.

camp_mezenc_1

duo_2

Les paysages évoluent vite, le souffle du vent a une odeur différente, la lumière est transformée, la température monte.

day2_10

day2_6

L’Ardèche méridionale devient plus complexe, plus sèche, et plus tranchée avec un biotope plus hostile.

day2_21

Damn

Damnday2_8

day2_15imm032_4

Comme toujours à vélo on devient vite de vrais petits castors, à investir une place d’un village médiéval à 14h, sardines à l’huile full prot’, bolo yolo sur le réchaud, jack et café avant de repartir. A dormir sur un carré d’herbe en centre ville, entre deux entrepôts, les bonheurs simples de l’aventure à vélo.

day2_7

Vite nous arrivons à Aiguèze. Fin de la GTA pour nous. 2 pintes au bar, on est en avance sur le timing pour rejoindre la team B en galère avec la SNCF.

Où est Charlie

Où est Charlie

Ravito Duvel à Pont Saint Esprit. Nous sommes souillé de sueur.

L’eau du Rhône est-elle propre?
Surement plus que nous, c’est l’heure du bain accompagné de son utile savon de Marseille.

day4_23

imm018_18

Un troupeau d’une cinquantaine de chèvres débarquent. Une de celle-ci renifle le cuissard de Hugues. Ca doit sentir fort, elle ne l’emmène pas et s’en brosse le nombril avec le pinceau de l’indifférence.

duo_3

Il est 19h, les 2 teams fusionnent. Sourires, accolades, bises, la bromance au sommet.

day4_22

Repas **** pizza & rosé en admirant un sunset sur le Rhône que Renaud tente d’immortaliser au drone entre trois mouettes qui s’intéresse à ce drôle d’oiseau.

IMG_0332

Mode sport pour rapatrier l’engin, excès de confiance ou excès de rosé, le drone vient embrasser à 30km/h le mur d’en face. Il est 21h tout va bien. Renaud m’avait manqué.

Nuit dans le verger, soleil au sommet.
Une douce nuit entre les abricotiers, quoique un peu plus fraîche pour Julien aka BivyMan qui vient en survivaliste pour l’occasion.

day4_00

duo_4

PLS dans le verger

PLS dans le verger

day4_24

Cafés, photos, on pack en direction de Bollène pour acheter une carte Flash que Renaud vient tout juste de fumer rendant son Canon 5D de 3kg inutilisable. Il est 8h30 tout va bien. Renaud m’avait manqué.

day4_21

On ne trouvera pas de carte Flash mais un bar/resto sur la N7 fan des US, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Kansas

Kansas

Photo25_24A

11h on se met enfin en route, c’est pas comme si on aller monter le Ventoux aujourd’hui ;)
Une matinée poussive au milieu des vignobles du Ventoux, on arrive vers les dentelles de Montmirail.

Day4_3

Un petit échauffement avant le Ventoux. Sur le profil ça ne parait pas compliqué, en réalité on se farcit de bons % et on y laissera un peu d’énergie mais on repartira avec de jolies photos.

day4_25

R0030537

day4_8

L’occasion aussi pour Julien de crever au kilomètre 32. Un fait lambda pour tout cyclistes, mais aujourd’hui c’est une nouvelle retentissante qui frappe le groupe, Julien va passer au Tubeless en rentrant à Paris. La décision est prise, actée.

Hugues commence à se mettre dans le rouge et à flipper sa mère. A deux doigts de la PLS. C’est son premier vrai col, il angoisse et il a un peu raison. On tente de le rassurer autour d’une brochette de viande à la pause dej.

t'es tendu Natachat’es tendu Natacha

Il est 15h, il fait 40° à l’ombre et on recharge de sealant le pneu arrière de sims. 35ml de liquide rose et visqueux et une cartouche de CO2 plus tard, dont 1/4 m’ont refait le brushing on est prêt à casser le mont chauve.

IMG_8631

On se met en route avec l’impression de faire fasse à un ventilateur d’air chaud qui souffle en permanence, comme si il nous disait « non n’y allez pas, vous n’avez pas fini de digérer vos brochettes » … Il en faudra plus pour stopper le squad.

day4_20

A 17h on est à Bédoin, on se charge de victuailles et d’eau pour l’ascension, le repas, la nuit et le matin. Chantier. Énorme merci à l’employé du restaurant qui nous a gentiment laissé une bouteille d’eau sous une palette au sommet. Big Up.

17h30, sur le chemin. Enfin presque, Hugues stressé en a perdu ses lunettes. Coup du sort, karma jah, elles sont sur le sentier, 300 mètres derrière nous… Ouf.

17h45, dans 4h il fait nuit, on a 24km de montée et 1600m à monter, sur du gravier. Timing ultra serré mais bon, le contraire serait trop facile et surtout pas PCR ;)

day4_10

duo_5

L’ascension est régulière, le biotope est agréable, la température à peu près égale à 400°C mais bon plus on monte et plus on apprécie. Le Ventoux à cet avantage de nous offrir une vue à 180° sur ses contreforts, à chaque KM on prend la mesure de l’élévation et ça pour le moral c’est du bonus.

day4_19

Une grimpe magique. Chacun à son rythme, on s’arrête à l’ombre de bosquet pour mieux repartir. Le plus dur sera d’économiser l’eau. On a à peu près 3L chacun, mais 3L qui doivent nous servir pour grimper, cuisiner ce soir, passer la nuit et servir au café du petit dej’, autant dire qu’on se rationne.

Au 3/4 de l’ascension, Simon s’arrète, son pneu arrière s’est dessoudé au niveau de la tringle. Ça fuite le sealant crado. Obligé de passer une chambre à air.

day4_12

C’est con mais ça a le mérite nous stopper pour admirer le paysage et la lumière tombante.

day4_18

La suite c’est du #LightBro à outrance

day4_13

Day4_5

La route apparaît, “yes plus que 4km”.
Et soudain il se dresse. Les 4km de l’enfer, à scruter la balustrade du prochain virage, à compter les centaines de mètres d’élévation à atteindre à chaque borne kilométrique placée sur le bas côté.

ventoux_7

La satisfation sera, encore une fois, le spectacle que Mother Nature nous tend de toute sa bonté.

day4_16

day4_14

BRODYSSEE (20 of 74)

On finit au crépuscule, right on time, Hugues en éclaireur telle une machine. On est salué par des cyclosportifs qui nous offrent pizzas & bières, le savisme est total.

Pas le temps de niaiser, on est mort, et mort de froid, on file vers la chapelle qui sera notre refuge pour la nuit. Saucisson et beaufort sur l’autel du bikepacking.

Réveil à 1900m, le spectacle est grandiose. On est debout vers 7h. Les jeunes de l’aumônerie de Bédoin viennent d’arriver et de finir l’ascension du Ventoux de nuit ! Chapeau les gars, mais vous seriez quand même aller plus vite à vélo ;)

BRODYSSEE (31 of 74)

day4_6

On libère la chapelle, on nettoie l’autel en même temps que Renaud s’active en cuisine. Au menu oeufs brouillés bacon, histoire d’étrenner sa nouvelle poêle de bikepacking.

Processed with VSCO with c3 preset

DCIM/101MEDIA/DJI_0051.JPG

DCIM/101MEDIA/DJI_0042.JPG Processed with VSCO with c3 preset

27km de descente vers Sault, cassage de boulangerie en perspective.

DCIM/101MEDIA/DJI_0037.JPG

Après 3 cafés chacun, 5 pains au chocolat par tête et 20 stories postées, on peut se mettre en route. On passe changer le pneu de Simon histoire de pouvoir être serein sur les prochains 150 drifts.
Julien rejoint Mel pour une journée piscine ricard en famille. On continue à 4 direction Manosque. Pas le temps ont a déjà niaisé.

On ne le sait pas encore mais cette journée sera un GoFast pour attraper le bus de Renaud à 18h à Manosque. C’est son dernier jour. Il rentre à Paris ce soir.
La journée est caniculaire, c’est jour de match, on traverse les champs de lavandes, on fait fumer les disques en descente « pas plus vite quà balle » comme dirait Simon.

BRODYSSEE (41 of 74)

day5_6

BRODYSSEE (47 of 74)

On traverse en mode express le colorado provencal. Même pas le temps de sortir le drone :(

day5_3

duo_6

Simon et Renaud, frais comme des gardons partent en relais pour les 25 derniers km.
Epique. Renaud arrivera à bon port, délester d’une power banque, surement laissée dans un des 2 cafés où nous nous sommes arrêtés.

Nous arriverons un peu plus tard, pour une pizza salvatrice. Rideau.

day5_5

Pour finir en beauté, nous allons manger une bonne grosse ration de gravel et de chemins entre Manosque, Vinon-sur-Verdon, Rians, le Var, la montagne Sainte victoire, une journée placée sous le signe du drift et du gravel à l’américaine.

day6_3 day6_5

day6_8

On shred comme des cochons, direction le sud.day6_9

A 20km d’Auriol, notre point de chute, nous traversons une pinède, les odeurs provençales nous enivrent. Un homme nous stoppe. Il veut absolument qu’on prenne l’apéro. Sans doute. On va aussi s’enivrer de quelques Ricard offerts par le couple de passionnés de chevaux. Ils s’occupent du ranch, on papote avec eux une petite heure, une « petiteuh zoneuh » hors du temps. zone_2

Ça redémarre.
On se marre sur les vélos, à moitié sec, on entame une longue descente de gravier lisse à plus de 45 à l’heure. YOLO.

BRODYSSEE (65 of 74)

Plantage de Tarp dans la vigne.
Demain l’Espigoulier, Cassis, les Calanques, la grande bleue, plouf, ricard.
Dernier pliage de Tarp, café, on refait les sacoches une dernière fois et zouh.

BRODYSSEE (69 of 74)

morning_mezenc_2

Pour cette dernière journée le brief est assez simple. On monte l’Espigoulier par une face gravel, on le descend par la route, on file vers Cassis, on traverse les calanques et Marseille.

L’Espigoulier par le gravier. Mythique, symbiose parfaite, la douceur du matin rend la grimpette plus facile.

day7_3

day7_1day7_2

En haut, la sublime descente nous amène en périphérie de cassis, la claque est violente, le retour à la civilisation, à travers une bonne vieille ZAC des familles … c’est rude. day7_5

Rude, ça pourrait être le deuxième nom du parc national des Calanques. Baroud d’honneur pour ce périple, on galère, on pousse, on sue, c’est aussi beau que fatiguant.

duo_7

En haut c’est du bonheur. La vue sur la grande bleue et la descente jusqu’à Endoume. day7_7

day7_6

630km pour un plouf en méditerrannée.
Ce soir c’est douche, Ricard, burger best maison by Chloé.

—-

Une fois de plus ce fut une belle aventure sportive et humaine, des moments qui te font oublier tout le reste et te donne encore plus envie de repartir, à l’aventure, entre copains, sans trop avoir besoin de grand choses.

Text : Arthur
Pic : Arthur, Simon, Julien, Renaud, Hugues

Thank’s: WTB / Mavic