REPORT ESCAPE TOWN #3


Samedi 27 nous avons organisé la version estivale de l’Escape Town. Cette alleycat hors du commun qui vous transporte sur les routes de campagne.

Pour cette 3ème édition, 90/100km de courses avec 4 checkpoints
1.Avenue des cascades / Fontainebleau
2. Office du Tourisme / Barbizon
3. Porte de Bourgogne / Moret sur loing
4. Vélodrome / Champagne sur Seine
Finish. Grange aux Dîmes / Samoreau

56 riders
Baignade à l’arrivée dans une eau turquoise
Cold chillin’
182 cannettes de bières
29 baguettes de pain
des chevaux
du jazz manouche
etc..

1ère équipe : Vioks on the blocks : Romain(Rohands) Dada Alex Ludo >> 2h45 BRAVO!!!
2ème : Coursiers : Nicolas Yves Kiwi Alexis >> 3h05
3ème : Warsaw/Drop It/etc.. : Fuego Charles Yohan et un autre >> 3h07

Les autres merci d’avoir participé car l’important c’est de participer !

Merci à KNOG et NARIFURI pour le soutien

Vivement Escape Town 4







Page FB de l’event ici

3.0

ICI C’EST PARIS 3.0 !!

Beta test in-situ

Les jerseys seront dispo pour ceux qui les ont précommandés mardi 30 juin à la Bicyclette 10 rue Crozatier Paris 12 de 19h15 à 20h30
Ce sera la première permanence il y en aura d’autres si vous ne pouvez pas venir.
Nous enverrons ceux qui doivent être envoyés les jours suivants.

Merci d’avoir patienter

NOUS SOMMES PARISCHILLRACING

Le jour le plus (parpail)long X PCR GRAVIER

R0012322
Préambule
Il est des soirs au Penty où l’on se garderait bien de boire un septième Picon et une huitième tournée de Ricard.
Il est des soirs au Penty où l’on se garderait bien de tirer des plans sur la comète.
Il était un soir au Penty où, après avoir visionné le mythique documentaire « Parpaillon » du non moins mythique Luc Moullet, Renaud, Antoine, Julien et Pierre, on eu l’idée de s’attaquer au roi des cols des Alpes du Sud, le méconnu, l’indomptable et le non pavé : Le Col du Parpaillon.

Culminant à 2645m, construit par l’armée en 1900, il surplombe majestueusement la vallée de l’Ubaye et de l’Embrunais, et a pour particularité de connecter les deux vallées par un légendaire tunnel de 520m de long, non pavé, entièrement inondé et, cela va sans dire, sans éclairage aucun.
Un mythe, une légende. 30km d’ascension, 1853 mètres de D+, dont 17km d’ascension non pavée et autant de descente de l’autre versant.

ACTE 1 – Préparation
L’idée de grimper le Parpaillon fit son chemin. Rapidement, nous prîmes la décision de programmer cette sortie au mois de juin, histoire d’être sûr de ne pas avoir besoin de chaînes pour arriver au sommet. Rapidement, le col de Vars s’est ajouté au programme. Lorsque l’on passe une vallée, et que l’on ne claque pas 5000€ pour un voyage organisé, il faut bien revenir.
Antoine, dans sa grande folie, ajouta au programme le col de Valbelle, autre légende du coin, méconnue, et qui se situe en hiver au beau milieu dans la station de Risoul, nous en ferons les frais un peu plus loin dans l’aventure. Col, qui en été est le point de départ de la plus longue descente VTT d’Europe.
Beau programme, prévu pour le 20 juin, ce sera :
LE JOUR LE PLUS (PARPAIL)LONG

ACTE 2 – Paris / Embrun
Allant à l’encontre de toute logique, et n’ayant pas d’autre choix, nous avons décidé de faire la route dans la nuit du vendredi au samedi pour attaquer les cols au petit matin.
C’est ainsi que Vendredi, à 21h, nos 4 cyclocross chargés, nous sommes partis en direction du des Alpes.

L’affaire était trop belle, trop parfaite, trop dans le timing. Renaud a donc décidé d’oublier ses chaussures chez lui histoire de mettre un peu de piment dans le défi.
Au bout de quelques kilomètres, petit demi tour et direction Paris.
On chope les chaussures, et au passage le cognac qui était resté dans la cuisine, et là, ÇA REDÉMARRE ! petit effet « jour de la marmotte ».

Le truc bien quand on fait 7h de route avec 4 copains, c’est qu’on ne conduit que 2h. Le truc moins bien, c’est que personne ne dort dans la voiture, et qu’au final, on arrive totalement claqué mais en entiers après avoir esquivé une biche fusée dans les derniers kilomètres.

Il est 6h30 pour admirer un splendide lever de soleil sur le lac de Serre-Ponçon, gonflés à bloc, nous sommes prêts pour attaquer le Parpaillon et ses copains.

R0012314

On décharge les vélos, on remplit les sacs de selle, Renaud prend avec lui à peu près assez de bouffe et de matos pour ouvrir une succursale de Décathlon et un magasin de matériel photo au sommet.
Antoine, selon ses mots, par avec «  à peu près rien » ce qui lui suffira, et un cassette de 28 qui va lui poser pas mal de galères. Pierre est équipé « Like a boss » et Julien, comme à son habitude, marie swag-kiss et élégance avec son sac de guidon plein de barres en tout genre.

On remplit les gourdes en buvant un café, on tartine nos culs de crème au parfum de Mont-Ventoux et on attaque cette journée épique.

ACTE 3 – Le parpaillon
R0012325
R0012326
8h, décollage, après un courte descente pour se mettre en jambe, nous attaquons les 30km d’ascension vers ce tunnel qui nous fait tant rêver.

Les 15 premiers Km se passent plutôt bien, bon bitume, Antoine et Pierre en tête comme des machines. Renaud et Julien derrière, à faire des photos et à commencer un documentaire animalier. Ca grimpe tranquillement mais surement vers le village de Crévoux. On croise des moutons, des renards, des ours et des marmottes qui font des cris de marmottes, mais surtout : Pas une seule voiture ! à peine un quad qui nous doublera dans la montée.

Le kif total.

On passe Crévoux quand les choses sérieuses commencent.
L’idée de cette sortie était de la placer sous le signe du gravier. On en avait marre de faire des bornes sur du super bitume outsideisfree, et on avait vraiment envie de quelque chose de différent, de moins fréquenté, sans photographe au sommet ni voiture suiveuse pour faire la vidéo où nous donner quelques bons conseils. En fait, on cherchait à sortir des sentiers battus, et on se retrouve donc sur un sentier totalement défoncé. TOTALEMENT.
Des cailloux énormes, des trous, des bosses, des petits cailloux pointus … sur 15km à 8% de moyenne.

Hardcore.

L’ascension se fait en prenant notre temps. Pierre prend rapidement la tête du groupe suivi par Antoine qui force pas mal sur son gros braquet, et Ju et Renaud derrière, à chercher d’intéressants spécimens de marmottes à étudier.

Pour être honnête, ce col est une sacrée épreuve. Le revêtement ajoute une sacrée difficulté à l’exercice, mais le jeu en vaut complètement la chandelle. Le paysage est grandiose. Pas un bruit sauf celui de la nature. Une flore qui disparaît progressivement en atteignant le sommet, et même, un peu de neige à partir de 2500m ! L’oxygène se raréfie, les derniers kilomètres se font de plus en plus durs.

On croise à nouveau le Quad qui nous explique que le tunnel est ouvert, mais qu’il y a des flaques de 20cm de profondeur sur toute la largeur. Il nous souhaite bon courage. On commence à flipper.

Dernier virage, on aperçoit le sommet, et le haut du tunnel. La fin est proche. Pierre attend depuis 20 minutes, Antoine prend des photos. Tout le monde se retrouve au pied de ce fameux tunnel.
Ce tunnel est long, trempé, sans lumière et s’annonce comme une expérience épique…

R0012334
R0012335
R0012336
R0012340
R0012342
DCIM103GOPROGOPR3540.

Quelques photos souvenirs, devant la porte, sur la porte, sous la porte , dans la neige, devant le paysage… Pierre s’équipe de ses sur-chaussures dernier cri en sac poubelle véritable, on allume nos phares, et on attaque la traversée.

Autant vous dire que ces 500m vont nous rester en mémoire un bon moment ! Au bout de 20m, on n’y voit presque plus rien ! de la neige sur les côtés, des flaques de vase un peu partout, l’eau qui suinte des murs et qui nous coule dessus depuis le plafond. Ces 500m sont épiques !
L’autre bout du tunnel grandit petit à petit, et nous finissons par sortir.
Deux motards nous gâchent un peu la vue, on leur souhaite bon courage.

L’autre versant du massif est à la hauteur du premier ! Incroyable ! La nature à l’état pur. Pas un bruit, pas une voiture, juste un chemin qui descend dans la vallée.

Pierre enlève les sacs poubelles de ses chaussures, et on attaque la descente. Et là, c’est une autre histoire. En terme de freinage, il faut avouer que les cyclocross ne sont pas ce que l’on fait de mieux sur le marché. Pierre et Ju se font plaisir avec leur disques, Renaud et Antoine font chauffer les patins sur les 15 bornes de chemin défoncé à 10% !

On arrive au terme du chemin, et là, la providence, un hippie autochtone nous propose 4 bières, qui ne seront pas de refus, malgré un prix proche d’un demi dans le marais !
Nous sommes presque épuisés, mais nous sommes bien.
On a fait 40 bornes, ils nous en reste théoriquement 100 ; on pense que le plus dur est derrière nous , mais le pire est à venir !

R0012348
R0012350
R0012357
R0012359
R0012360

ACTE 4 – Le col de Vars
11653446_10153982191053989_1288385399_n
IMG_6220
Col de catégorie 1, culminant à 2100m, un grand classique du tour de France. Il affiche un joli 6% de moyenne. A priori, pas de quoi nous inquiéter après le Parpaillon. Mais c’était sans compter le vent de face sur toute l’ascension.
14km / 800m de D+ , pas si méchant, mais des sections à 11% de moyenne qui nous ont bien coupé les pattes. Pierre et Antoine caracolent en tête, non sans mal.
Ce col devait initialement être un répit dans l’aventure, il nous a bien cassé. Sans non plus être quelconque, il ne présente pas de vrai particularité, que ce soit pour les paysages ou sa topographie.

Cette montée dure une éternité. Et là où le Parpaillon nous offrait un silence royal, l’ascension du col de Vars se fait dans le vacarme des quelques 300 motos qui nous ont doublé façon Magny-Cours Bol d’or, à 130 dans les virages, se tirant la bourre avec les copains. On a trouvé plus agréable comme contexte.

L’arrivée se fait après quelques lacets ; Renaud et Julien retrouvent Antoine et Pierre sirotant un coca à 3 balles dans le chalet d’altitude. On s’écrase dans les transats, il fait 8°, un vent de dingue. On décide de manger un steak frites au sommet.

4 steaks, 4 corbeilles de pain, 4 tubes de mayo plus tard, il est l’heure de faire les comptes. Il est bien plus tard que prévu, nous avons fait 2 cols , un Hors catégorie, un catégorie 1 ; 64km au compteur, on est parti depuis 7h. Théoriquement, il nous reste un col à faire depuis le bas de la vallée, puis la plus longue descente VTT d’Europe, soit 70km dont 1000m de D+.

Rapide calcul – il semble compliqué temporellement de faire la montée de Risoul, sur les conseils de la population locale, on va tenter un raccourci par la station de Vars, profiter de la nature et à nous la descente de folie !

on pense que le plus dur est derrière nous , mais le pire est à venir !

ACTE 5 – Le col de Valbelle
IMG_6228
On questionne donc les autochtones, tous sont unanimes, « le col de Valbelle, le plus simple, c’est par la station. Y’a une piste VTT, vous verrez, vous pouvez pas la louper ! »

FAUX

Antoine reprogramme son Garmin, on attaque la descente du col de Vars, direction la station de ski.

Au passage, la roue libre de Renaud fait la misère et se met à hurler dès qu’il arrête de pédaler. Pratique, ça s’ajoute à son dérailleur avant qu’il passe « à la main » en tirant sur le cable. Autant dire que la fin du trip s’annonce dans les meilleures hospices. De plus la cassette d’Antoine, à trop tirer dessus à une tendance à se dévisser.
Le Garmin nous fait tirer tout droit au milieu des télésièges.
On commence à vélo, mais pour être tout à fait honnête, une grande partie de cette ascension se fera à pied.

Le soleil commence à descendre pour laisser place à une lumière splendide. Renaud s’en donne à cœur joie sur les photos, tandis que nous attaquons une pente à 35% (oui oui, 35%) poussant nos vélos dans le herbes hautes et sur les chemins totalement gravel entourés de marmottes. C’est compliqué, mais c’est vraiment cool et improbable.

Capture d’écran 2015-06-23 à 08.53.19

Pour faire simple, imaginez le super télésiège qui remonte toute la station, et bien, on a suivi ce télésiège, à pied, en poussant les vélos vers le sommet.

c’était horrible. Mais c’était bien beau.

R0012387
R0012389
R0012391
R0012392
R0012393
Arrivé au sommet, la délivrance. La vue sur les deux vallées est époustouflante. Nous ne sommes pas peu fiers de notre performance. Il ne reste plus que de la descente désormais, et quelle descente !
La piste VTT Vars / Embrun, réputée comme étant la plus longue d’Europe – 35km de chemin d’alpage 100% gravel – 1500m de dénivelé négatif.
Soleil couchant, ULTRA KIF – bonheur en barre, soleil liquide. Le top.
Un bonheur qui sera tout de même gâché par la bagatelle de 4 crevaisons, dont 3 pour Renaud, ce qui a eu le don de lui faire péter un bon cable : ils ont eu l’idée de mettre des petites rigoles tout les 20m pour évacuer les eaux de pluie, jusque là, bonne idée, mais ils ont fait ça avec des sortes de rembardes d’autoroute absolument parfaites pour provoquer des crevaisons par pincement.
Bref, après la boulette chaussures, il en a eu pour son grade. #Karma
On met 2 bonnes heures pour redescendre, la lumière est splendide.

La map se termine par 5 km de descente sur du bitume façon billard, ça nous change du gravier, « bitumeisfree » !!
On termine par une courte montée vers Embrun et on retrouve la voiture.

ACTE 6 – épilogue
Fanés, repus, on a pris une super claque de vélo, de montagne, de beauté.
Le Parpaillon est à la hauteur de sa légende, somptueux.
Le col de Vars est une vrai salope traitre qui casse les pattes.
Le col de Valbelle, et bien par la route, on ne le saura jamais, par les chemins et la station, nous ne sommes pas sûr de le refaire un jour. Mais on vous le conseille pour la descente top classe, à faire par belle lumière !

Après une journée de chill chez le frère de Renaud à se la couler douce au bord de la rivière, il faut rentrer.
7h de caisse, mais sans oublier les chaussures cette fois ci !

plus de photos ici

#PCRGRAVIER #DEHORSCESTGRATUIT #INCHISTOLEWETRUST

Mérinos Paris Chill Racing Camp

11251205_10152975144178997_6954938482342760267_n
10171768_10152975145803997_4136876753983131520_n11054863_10206652304207436_7834222222407041901_o (1)11403279_10152975145653997_9196647562263935926_n11425813_10152975145083997_8474228267980568103_n

Samedi nous sommes partis rouler vers l’ouest, avec une map approximative pour rejoindre la côte des 2 amants.
Plus ou moins 150km, nous avons rejoins Renaud en chemin.
Camping prestige, tagliatelles meat ballz et Ricard, feux d’artifices et crustacés.
Petit dej au soleil après une nuit paisible, guinguette et base nature, wake board et heineken, sieste puis retour sur Paris.
Certains diraient la vie la vraie, et nous serions d’accord avec eux
#dehorscestgratuit

Photo de Come Renaud et Ju

22804_10152975145913997_7289760091147623779_n11539064_10206652304407441_3991758106900169355_o11539034_10206652307807526_329616777731302936_o11538102_10206652305087458_4966678717663119090_o11426788_10206764772259123_8928547959121295728_n11426700_10206652304967455_4118321465126623599_o11425188_10152975145583997_797200322342786304_n11416354_10206652306967505_2351205375002303332_o11415513_10206652310327589_5070057258814937819_o11403478_10152975146088997_7874811833451665822_n11402649_10206652304007431_5095052856865436867_o11401590_10206764789379551_4365804562559202699_n11400965_10152975145248997_1355456247942806269_n11214114_10152975143643997_2896185288842046350_n11051817_10206652304807451_4665220729437856254_o11011074_10152975144233997_6018030559566733440_n10429421_10152975145263997_7087308001997132892_n10426328_10206764790219572_1048907296212534475_n10422081_10152975143823997_5803492545448728591_n10295346_10206652310087583_7474633038177308107_o10014621_10206764787699509_3769471457895675238_n1403004_10206652305247462_2569926278685580189_o10981399_10152975143653997_6646501184125198287_n